Publications »

[23 mars 2017 ]

par Adrien FOURMON

in Energie-Environnement-Infrastructures n° 3 - Mars 2017, p. 31

Suivant un décret n° 2016-1821 du 21 décembre 2016, les nouvelles constructions de l'État, de ses établissements publics et des collectivités territoriales, qui se doivent d'être exemplaires en matière de performance énergétique et environnementale, devront bientôt respecter des exigences énergétiques et environnementales, en attendant la publication de l'arrêté d'application en consultation. Ainsi, chaque fois que cela sera possible, ces nouvelles constructions publiques devront être à énergie positive et à haute performance environnementale.

Publications »

[23 mars 2017 ]

Principe de séparation des autorités administrative et judiciaire et incompétence de la juridiction judiciaire pour une demande de démantèlement d'éoliennes liées à des troubles de voisinage

par Adrien FOURMON

in Energie-Environnement-Infrastructures n° 3 - Mars 2017, p. 3

Publications »

[23 mars 2017 ]

par Christian HUGLO

in Energie-Environnement-Infrastructures n° 3 - Mars 2017, p. 1

 

Publications »

[14 mars 2017 ]

par Julien GIRARD

in Droit de l'environnement n° 253 - Février 2017, p. 74

 

Cette année encore, les enjeux climatiques ont occupé une place prépondérante dans le débat public et dans les initiatives des entreprises, entraînant un renforcement du socle de la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Publications »

[20 févr. 2017 ]

par Adrien FOURMON

in Energie-Environnement-Infrastructures n° 2 - Février 2017, p. 36

 

Un arrêté vient de modifier le dispositif des certificats d'économie d'énergie (CEE) concernant les documents à archiver, ainsi que l'antériorité du rôle actif et incitatif du demandeur sur le plan du formalisme, pour la troisième période du dispositif (2015-2017). Par ailleurs, le catalogue des fiches d'opérations standardisées d'économies d'énergie a été élargi à d'autres opérations.

 

Publications »

[23 janv. 2017 ]

par Adrien Fourmon

in Revue Energie-Environnement-Infrastructures n° 1 - Janvier 2017, p. 28

La décision du Défenseur des droits (déc. n° 2016-062, 21 juill. 2016) concerne la réalisation d'une installation photovoltaïque incluse dans la construction d'une extension d'une caserne de pompiers. L'installation devait bénéficier d'un tarif de rachat à hauteur de 0,58 €/kWh. Une décision du Conseil d'État du 12 avril 2012 a annulé partiellement l'arrêté tarifaire du 12 janvier 2010, lequel a par la suite été ramené à 0,50 €/kWh, puis à 0,42 €/kWh. Après examen, le Défenseur des droits recommande au ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie de constater l'éligibilité de l'installation d'électricité photovoltaïque au tarif d'achat de 0,58 €/kWh, en application des dispositions de l'arrêté du 12 janvier 2010.

 

Publications »

[20 janv. 2017 ]

par les avocats du cabinet Huglo Lepage

in Gazette du Palais n° 3 du 17 janvier 2017, p. 34

Les installations classées occupent l'essentiel de notre chronique de jurisprudence recouvrant le deuxième semestre de l'année 2016. Que ce soit au niveau civil (responsabilité, liquidation judiciaire ou droit de préemption), au pénal (mise en danger d'autrui et risques industriels) ou encore devant les juridictions administratives (PPRT ou insuffisance de l'étude d'impact) la législation installations classées ne cesse de donner matière à interprétation jurisprudentielle.

Deux arrêts de la Cour de justice de l'Union européenne viennent compléter cette interprétation en matière d'évaluation environnementale et de quotas d'émission de gaz à effet de serre.

Publications »

[20 janv. 2017 ]

par Romain Lemaire

in Gazette du Palais n° 3 du 17 janvier 2017, p. 34

La Cour de justice de l'UE précise le champ d'application de la directive 2001/42 du 27 juin 2001 et considère qu'un arrêté réglementaire relatif à l'exploitation des éoliennes relève de la notion de "plans et programmes" soumis à évaluation environnementale.

Note sous CJUE 27 octobre 2016, affaire n° C-290/115

 

Publications »

[20 janv. 2017 ]

par Adrien Fourmon

in Gazette du Palais n° 3 du 17 janvier 2017, p. 35

La demande de décision préjudicielle porte sur l'interprétation de l'article 24§1 de la décision n° 2011/278/UE de la Commission du 27 avril 2011 définissant les règles transitoires pour l'ensemble de l'Union concernant l'allocation harmonisée de quotas d'émission à titre gratuit conformément à l'article 10 bis de la directive 2003/87/CE.

Note sous CJUE 8 septembre 2016 affaire n° C-461/15

Publications »

[20 janv. 2017 ]

par Benoît Denis

in Gazette du Palais n° 3 du 17 janvier 2017, p. 37

Le délit de mise danger n'est caractérisé qu'en cas d'exposition d'autrui à un risque de mort ou de blessures graves par la violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement.

Une cour d'appel ne peut, pour déclarer un prévenu coupable de mise en danger d'autrui, se borner à retenir qu'il n'a pas pris les mesures nécessaires au cours des mois précédant la cessation d'exploitation pour nettoyer le site, dont il connaissait la situation, afin d'éviter tout danger, selon les procédés prévus par la réglementation en vigueur et conformes à l'autorisation d'exploitation.

En se déterminant ainsi, alors qu'il lui appartenait de rechercher la lou ou le règlement édictant une obligation particulière de prudence ou de sécurité qui aurait été violée de façon manifestement délibérée, la cour d'appel a méconnu l'article 223-1 du Code pénal.

Les juges du fond sont en revanche souverains dans l'appréciation de l'existence et de l'efficacité d'une délégation de pouvoirs.

 

note sous Cass. crim. 22 septembre 2016, n° 14-84355